26/06/2008

"OPERATION SAUVETAGE"

Texte: Romains 1 :14-16 Introduction 

Cette prédication est le fruit d’une expérience récente vécue en plein centre ville à Madrid (Espagne), où j’ai eu l’occasion d’assister à une réunion d’évangélisation en plein air, organisée par un ministère appelé « Kilometro Cero ». Des chrétiens de tout âge, provenant de tous les coins de la planète, annoncent tous les soirs le message de l’Evangile, avec joie, simplicité et passion à centaines de passants (120.000 par jour en moyenne) qui s’arrêtent pour écouter.

L’Eglise de Jésus dans la rue : quelle belle image ! Sans aucune honte et avec enthousiasme et conviction, les chrétiens partagent la bonne nouvelle…Cette expérience m’a amené à réfléchir sur l’urgence de l’évangélisation, à l’instar de l’apôtre Paul qui dans ce passage exprime sa passion pour le salut des âmes : 
  1. Je suis débiteur envers tous (quand on a une dette, on est pressé de la rembourser au plus tôt !)
  2. J’ai un vif désir de communiquer l’Evangile
  3. Je n’ai pas honte de l’Evangile car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croît !

L’évangélisation constitue la plus importante opération de sauvetage lancée par Dieu Lui-même (Jean 3 :16). Le Père a envoyé le Fils (qui s’est donné à la croix en sacrifice pour l’humanité), le Fils nous a envoyé le Saint-Esprit (pour convaincre le monde de péché…).

Toutefois, malgré cette formidable équipe qu’est la Trinité, Dieu compte sur moi et sur toi en tant que messagers ! C’est là notre vocation primordiale, notre mission urgente. Jésus a dit : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ».

On ne pourra pas accomplir cette mission que si nous restons conscients de TROIS CRIS qui s’élèvent non-stop : 
  1. LE CRI DU CIEL.
Ce cri a été intercepté par le prophète Esaïe (6 :8-9) lorsque Dieu l’a appelé à transmettre Son message d’amour à une génération qui s’était éloignée de Ses voies. « Qui ira pour nous ? », dit l’Eternel. Esaïe, saisi par ce cri divin, n’a pas fait attendre sa réponse : « Me voici, envoie-moi ». Ce fut une décision personnelle, un engagement individuel… loin d’être facile. Dieu a honoré cette décision. Entends-tu ce cri du ciel face à notre société qui sombre dans la mort spirituelle? 
  1. LE CRI DE L’ENFER

Dans l’Evangile de Luc 16 :19-31, nous avons le récit de Jésus relatif au sort éternel de deux personnages : « Richard » (l’homme riche) et Lazare le pauvre. Tous les deux moururent et furent ensevelis ; leur destinée étant scellée pour l’éternité. La réaction de « Richard » en proie aux tourments, exprime son désespoir. La conversion ni l’évangélisation ne sont plus possible de l’autre coté de la tombe ! C’est aujourd’hui le jour du salut ! C’est maintenant que nous devons avertir les pécheurs du danger de l’enfer (v. 29).

Des millions d’âmes en enfer nous supplient d’aller parler de Jésus à leurs familles, leurs amis… Notre génération ne connaît pas la loi de Dieu, ni les prophètes ! C’est à nous de communiquer le plan du salut divin. 
  1. LE CRI DES AMES PERDUES
Dans Actes 16 :9-10 Paul et son équipe sont confrontés à une situation inédite : le Saint Esprit les empêche d’annoncer la Bonne Nouvelle en Asie (v. 7). Ce n’était pas encore le temps de Dieu dans Sa stratégie souveraine. Paul, soumis à la direction du Saint Esprit, a une vision (v. 9) qui explique cette « interdiction ». C’est un cri de détresse, un SOS qui retentir dans cette vision : « Passe en Macédoine, secours-nous ». Paul et son équipe obéirent (v. 10)… le reste de l’histoire est connu ! Cette opération de sauvetage aboutit à la conversion de Lydie, du gardien de la prison (et de sa famille), qui fut amené à poser la question la plus importante (vv. 30-31). Quel résultat formidable… qui marqua la naissance de l’église de Philippe ! 

Conclusion            

Sommes-nous encore capables de capter ces trois cris ? Ou bien sommes-nous sourds, indifférents, trop occupés pour participer à cette opération sauvetage ? Combien de fois Dieu nous appelle mais nous avons tant d’excuses.           

Evangéliser, c’est simplement avertir les pécheurs du danger de mort (Ezéchiel 3 :17-21) ; c’est partager la grâce de ce Dieu qui ne veut qu’aucun périsse mais que tous aient la vie éternelle. Vas-tu t’impliquer dans cette opération de sauvetage ?

Il n’y a plus de temps à perdre !  Ensemble, par tous les moyens à notre disposition, même les plus créatifs, participons à cette noble mission, avec l’aide du Saint Esprit.            

11:23 Écrit par Pasteur Daniel Costanza dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.