29/07/2008

 

UN TRIPLE ENCOURAGEMENT (Genèse 15 :1)

 

Je suis fasciné par l’histoire d’Abraham, « père de la foi ».

Au chapitre 12 :1-3, Dieu lui adresse un appel particulier. C’est un appel à une vie d’aventure avec Dieu. C’est aussi l’annonce d’un plan divin qui aurait marqué et béni sa vie et sa famille mais aussi une nation entière, en fait toute l’humanité !

A 75 ans, Abram accepte cet appel sans aucune hésitation et obéit (12 :4). Avec sa famille, il se met en marche vers une destination inconnue, sous la direction de Dieu, son guide.

Dieu lui promet de posséder le pays de Canaan (v. 7 / Cf. 13 :14-17). Abram avance par la foi (12 :7-9). Sa dépendance de Lui est signalée par les autels qu’il bâtit à l’Eternel.

Dans cet itinéraire imprévisible, il y a des difficultés (la famine, ce qui l’oblige à descendre en Egypte et l’entraîne dans une mésaventure avec Pharaon à cause de la beauté de sa femme Sara…)

Au chapitre 13 nous le voyons remonter d’Egypte et retrouver son chemin. En effet, dans le verset 4, il nous est dit qu’ « Abram invoqua le nom de l’Eternel ». C’est un bon principe à suivre chaque fois que nous avons l’impression d’être désorientés !

Au chapitre 14, Abram est confronté à une guerre contre des ennemis dans laquelle il sort victorieux (13-16).

Ces péripéties illustrent bien notre vie chrétienne. Bien que nous ayons décidé de suivre l’appel de Dieu, il y a des moments de faiblesse, de peur… il y a des combats… mais Celui qui nous a appelés est toujours là pour nous encourager. Comme il l’a fait pour Son « ami » Abraham.

En effet, au début du chapitre 15, verset 1, « après ces évènements, la parole de l’Eternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit :

 

Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera grande.

 

Quelles paroles formidables, puissantes, rafraîchissantes ! Tout un programme de bénédictions divines est contenu dans ce triple encouragement de la part de Dieu :

 

 

  1. « ABRAM, NE CRAINS POINT … »

 

Dieu l’appelle par son propre nom. Nous avons un Dieu personnel, qui nous connaît individuellement. Nous ne sommes pas des numéros dans un « fichier céleste » !

Dieu connaît également nos craintes, nos soucis, nos inquiétudes… Abram craignait, entre autres, de devoir mourir sans avoir un héritier. Il le dit lui-même à Dieu (vv. 2-3), et ce malgré la promesse divine reçue (cf. 13 :16).

 

Nous sommes souvent perplexes, préoccupés, dans la crainte face aux problèmes de la vie, aux déceptions que nous vivons, et aux incertitudes liées à notre avenir. Malgré notre connaissance de la Parole, il nous arrive de nous poser des questions qui révèlent de l’anxiété, voire de l’angoisse. C’est humain !

La peur est souvent l’arme préférée de notre ennemi, qui cherche à nous piéger. Dans Proverbes 29 :25, il est écrit que « la crainte des hommes tend un piège, mais celui qui se confie en l’Eternel est protégé ».

 

Dieu dit à Abram, « ne crains point ». N’est-ce pas intéressant de remarquer que Jésus a souvent répété cette parole à Ses contemporains, ainsi qu’à Ses propres disciples (Matthieu 14 :27 / 28 :10 / Marc 5 :36).Il nous le dit aussi aujourd’hui ! « Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume ».

 

Oui, Sa présence bannit toute crainte lorsque nous prenons conscience du fait que notre vie est dans Sa main puissante ! Sa paix remplit nos cœurs et nos pensées. Nous sommes en sécurité parce qu’Il connaît le chemin que nous devons suivre.

 

  1. « JE SUIS TON BOUCLIER… »

 

Face à tous ses points d’interrogations, Abram pouvait compter sur une certitude : Dieu lui-même s’engageait à le défendre. Quelle garantie !

 

Le bouclier est une ancienne arme défensive, une épaisse plaque portée au bras gauche par les gens de guerre pour se protéger.

Dans les Psaumes, Dieu est souvent présenté comme le bouclier de Son peuple (exemple : Psaume 115 :9-11). En d’autres termes, Il dit : Je suis ton protecteur.

Y-a-t-il une meilleure défense que la présence de Dieu lui-même ?

 

Oui, le combat spirituel est parfois intense et âpre (Ephésiens 6 :10-13). Mais avec Dieu, notre bouclier, à nos côtés, la victoire est assurée !

En plus, Il nous a fourni « le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin… » (Ephésiens 6 :16).

 

  1. « … TA RECOMPENSE SERA TRES GRANDE »

 

Oui Dieu aime récompenser Ses enfants qui marchent par la foi !

Il est écrit que « sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11 :6-7).

Dieu récompense toujours la foi, l’obéissance (foi en action), la fidélité à Son égard.

 

En effet, au verset 4, Dieu promet à Abram qu’un héritier sortira de ses entrailles et lui donne une vision de sa postérité (v. 5). A noter la réaction de cet homme de foi : « Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice » (v. 6). En outre Dieu lui révèle l’avenir de cette nation dont Abram est le père (12-17). En ce jour là, « l’Eternel fit alliance avec Abram » (v. 18).

 

Par sa foi vivante en Dieu, Abrahan « fut appelé ami de Dieu » (Jacques 2 :22). La récompense d’Abram fut très grande : il devint le père d’Isaac, son héritier ; le père d’une nouvelle nation et d’une immense famille spirituelle (dont nous faisons partie), mais sa récompense allait au-delà de ce qu’on peut obtenir sur cette terre, « car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur » (Hébreux 11 :10).

 

C’est la même récompense céleste qui attend tous ceux qui entament ce voyage avec Jésus et qui l’achèvent en ayant gardé la foi jusqu’au bout !

Alors, avec la même assurance, nous pouvons poursuivre notre aventure avec Dieu, parce qu’Il est fidèle à Sa Parole. Nous avons décidé de Le suivre. Il connaît la destination finale !

 

Il dit à Son Eglise : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi… » (Apocalypse 22 :12).

 

 

 

 

 

 

 

12:08 Écrit par Pasteur Daniel Costanza dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2008

ENFIN LIBRE !

 

 

« Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres » (Jean 8 :36)

 

Introduction

 

Mercredi 2 juillet 2008. Il est déjà minuit. Le monde entier apprend une très bonne nouvelle par les médias : « Ingrid Betancourt enfin libre ». On a l'impression de rêver, mais les images confirment le succès remarquable de cette opération impeccable de libération menée par l'armée militaire colombienne. Quel soulagement et quelle joie de voir Ingrid avec 14 autres ex-otages qui ont vécu dans l'enfer de la jungle pendant plus de six ans !

Nous sommes aussi tous touchés par sa reconnaissance envers Dieu devant les caméras du monde entier. Nous apprenons également que la Bible a été son « unique luxe »  pendant sa détention.

En réfléchissant à cet heureux dénouement, je ne peux m'empêcher de penser à une libération bien plus spectaculaire -à portée universelle- réalisée par Jésus-Christ pour l'humanité entière, et ses répercussions éternelles.

  • I. CHRIST EST VENU LIBERER LES CAPTIFS

Un jour, dans la synagogue à Nazareth, Jésus proclame Sa mission, prophétisée par Esaïe : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'Il m'a oint pour... proclamer aux captifs la délivrance... » (Luc 4 :18-19).

Oui, tous les hommes, depuis la désobéissance d'Adam et Eve dans le jardin d'Eden, sont otages de Satan, « esclaves du péché » (Romains 6 :17,18).

Dans notre texte d'introduction, les Juifs religieux ne comprenaient pas la liberté dont Jésus leur parlait, d'où leur réaction au verset 34. Jésus leur répond de manière catégorique : « ...quiconque se livre au péché est esclave du péché » (Jean 8 :34) Par ses propos, Jésus bafouait leur fausse sécurité, en tant que descendants d'Abraham...

C'est par Son sacrifice parfait, offert une fois pour toutes, à la croix, nous avons été rachetés par le sang précieux de Jésus (I Pierre 1 :18), « délivrés de la puissance des ténèbres et... transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons... la rémission des péchés » (Colossiens 1 :14).

Voici le prix que Dieu a payé pour notre libération ! Jésus est la seule rançon par laquelle nous pouvons sortir de la jungle du péché, sous le contrôle du diable !

Nous avons maintenant la liberté d'approcher Dieu, de L'appeler Père, de L'adorer, de Le servir, de jouir de Ses bénédictions... « Là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté » (II Cor. 3 :17). Nous sommes libres d'aimer Dieu, notre prochain et même nos ennemis ! Et ce n'est pas fini ! Jésus est aussi celui « qui nous délivre de la colère à venir » (I Thessaloniciens 1 :10).

Nous sommes libres de nos chaînes ! Nous avons un avantage même sur la création qui, elle, attend cette délivrance (Rom. 8 :21). Alléluia !

  • II. LE MOYEN DE NOTRE LIBERATION: LA VERITE DE LA PAROLE DE DIEU

Jésus l'a dit clairement à ses interlocuteurs : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32).

Cette vérité n'est pas une théorie, une philosophie, un credo. Pilate n'a pas posé la bonne question lorsqu'il a dit : « Qu'est-ce que la vérité ? » (Jean 18 :38) car la vérité n'est pas une religion, ou une idéologie mais une Personne. Jésus a dit : « Je suis la vérité ». Il est la « Parole pleine de grâce et de vérité » (Jean 1 :14).

L'apôtre Paul nous parle de cette liberté spirituelle acquise « après avoir entendu la parole de la vérité, l'Evangile de notre salut » (Ephésiens 1 :13). Et l'apôtre Jacques de confirmer que nous avons été régénérés par la parole de vérité (1 :18). Oui, cette Parole révèle l'état dans lequel se trouve l'être humain sans Christ et lui montre le seul remède que Dieu a pourvu.

Après son ascension au ciel, Christ nous a envoyé l'Esprit de vérité : « Il vous conduira dans toute la vérité » (Jean 16 :13). Satan est au contraire le père du mensonge (Jean 8 :44).

Malheureusement, la majorité de l'humanité rejette le salut divin et étouffe la vérité (Rom. 1 :18, 25). Malgré tout, Dieu, dans Sa patience, «veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous » (I Timothée 2 :4-5).

  • III. ATTENTION: LIBERTE N'EST PAS LIBERTINAGE!

La liberté est un bien inestimable mais il faut savoir le gérer ! Combien de gens ne font pas bon usage des droits qui sont les nôtres et, par conséquent, se retrouvent en prison !

Ils sont libres mais ils dépassent les nécessaires limites, et deviennent esclaves de leurs vices, ce qui les amène à perdre leur liberté...

Il en est de même dans l'exercice de notre liberté en Christ. L'apôtre Paul en parle amplement dans sa lettre aux Galates :

2 :4 - « ...des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l'intention de nous asservir » (retour au légalisme, aux traditions religieuses...)

5 :1 - « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis... ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude »

Verset 13 : « ...vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte pour vivre selon la chair ; mais rendez vous, par la charité, serviteurs les uns des autres ».

L'apôtre Pierre va dans le même sens : « ... sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu » (I Pierre 2 :16).

Notre liberté doit nous rendre reconnaissants, joyeux mais aussi responsables et sages, car l'ennemi veut nous asservir à nouveau à notre chair, en nous donnant l'impression d'être libres ! Son jeu est très subtil...

Conclusion

« Enfin libre ! » Voici notre témoignage chrétien en deux mots...

1) Es tu vraiment libre ? Y a-t-il des chaînes invisibles qui te paralysent ?

2) Nous qui sommes libres, avons nous encore cette joie, cette exubérance ?

3) Utilisons-nous cette liberté à bon escient ?

4) Pensons nous à tant d'otages, enchaînés par le diable, qui languissent d'être    libres ? C'est là notre tâche : annoncer la bonne nouvelle de la délivrance totale et définitive en Jésus ! C'est là l'essence de l'évangélisation.

A Christ, notre puissant Libérateur, soient la gloire et notre obéissance à jamais !



10:52 Écrit par Pasteur Daniel Costanza dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |